Recherche Interventionnelle
en Santé des Populations

(RISP)

Glossaire :

Une intervention prometteuse renvoie à une intervention « qui a le potentiel de devenir une pratique exemplaire. Les pratiques prometteuses peuvent en être aux premières étapes de leur mise en œuvre ou de leur évaluation ».

Une pratique « exemplaire » renvoie à une intervention qui après avoir été mise en œuvre à plusieurs reprises, a démontré une forte incidence : « changements positifs liés aux objectifs souhaités, un haut degré d’adaptabilité (adaptation et transférabilité réussies dans différents milieux) et une grande qualité des données probantes ».

Source : Fazal et al. 2017 – Portail canadien des pratiques exemplaires

La capitalisation c’est le « passage de l’expérience à la connaissance partageable ». Le processus de capitalisation d’une intervention doit permettre d’aider à ce qu’une expérience débouche en connaissances, en l’élaborant et la formulant « pour qu’elle devienne un capital au service de tous, pour qu’elle puisse être partagée et enrichir théorie et pratique ».

Selon De Zutter, le processus de capitalisation se découpe en trois phases :

  1. Le recueil des informations
  2. La révision et l’élaboration (sous une forme utile et accessible aux autres, processus de réflexion qui enrichit en lui-même l’interprétation)
  3. Le partage, qui doit permettre à d’autres acteurs de le réinvestir tout en l’adaptant.

Source : Zutter, 1994

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, les données probantes sont des « Conclusions tirées de recherches et autres connaissances qui peuvent servir de base utile à la prise de décision dans le domaine de la santé publique et des soins de santé » (OMS, 2004).

Dans le champ de la promotion de la santé, au carrefour de différents champs de recherches et de pratiques, c’est l’association de différentes sources de données qui permet de qualifier une stratégie ou pratique de « probante ». Ainsi, celles-ci peuvent être produites à partir d’études, de recherches et de revues de la littérature menées dans différentes disciplines (épidémiologie, sciences politiques, sociologie, psychologie, éducation etc.), mais aussi à partir d’évaluations de programmes, de manière articulée avec les expériences des acteurs

Source : Cambon, Ridde, et Alla 2010.

Différentes notions (application des connaissances, traduction des connaissances, échange de connaissances, etc.) sont utilisées en lien avec le transfert de connaissances, parfois de manière interchangeable, parfois avec des nuances (Graham et al. 2006). Ces notions renvoient à un « processus dynamique et itératif qui englobe la synthèse, la dissémination, l’échange et l’application conforme à l’éthique des connaissances, [qui] s’insère dans un réseau complexe d’interactions entre les chercheurs et les utilisateurs des connaissances » (Instituts de recherche en santé du Canada 2016). Pour faciliter ce transfert de connaissances, des pratiques de médiation ou « courtage en connaissances » se développent. Elles consistent en la réalisation des multiples traductions nécessaires à la mise en relation des chercheurs, des acteurs de terrain et des décideurs, ainsi qu’à l’utilisation des données probantes dans les interventions.

Selon Louise Potvin, « l’utilisation de méthodes scientifiques pour développer des connaissances sur les interventions qui visent à modifier la distribution des facteurs de risque et des déterminants sociaux, culturels et environnementaux de la santé dans une population. Ces interventions peuvent être des stratégies, politiques publiques, programmes, événements ou activités selon le niveau de gouvernance auquel elles sont associées ». Il s’agit de déplacer l’objet de recherche du « quoi » (les causes et déterminants d’un problème de santé) au « comment » (les actions de prévention/promotion de la santé) en développant les connaissances sur le fonctionnement et l’efficacité et le devenir des interventions. Les acteurs de la RISP précisent en outre l’intérêt que les chercheurs en RISP « développent des partenariats de longue durée avec des intervenants et des décideurs […] non seulement pour assurer la durabilité des solutions recherchées, mais aussi pour en accroître la pertinence »

Source : Potvin, Di Ruggiero et Shoveller 2013

Infographie Recherche interventionnelle :

Consultez et téléchargez l’infographie  » Recherche interventionnelle en santé des populations »

état des lieux en Occitanie :

Consultez et téléchargez l’état des lieux sur les équipes de  » recherche interventionnelle en santé des population », réalisé en Occitanie, durant l’année 2019, par Charlie Marquis et Thierry Lang de la Plateforme AAPRISS.

Bibliographie sélective :

Consultez et téléchargez la bibliographie sélective  » Recherche interventionnelle en Santé des Populations (RISP) », réalisé en 2019, par Réalisée par Emilie BEC du CREAI-ORS Occitanie.

Exemple de programmes de RISP en Occitanie :

Programme Aapriss (2010-2014) : Apprendre et agir pour réduire les inégalités sociales de santé, projet de recherche interventionnelle sur la réduction des inégalités sociales de santé. Financement : INCa. Collaborations : Oncopôle, ICR, CHU, Mairie de Toulouse, IRESPS Midi-Pyrénées, IFERISS (pilote).

Programme EXPERTISS (2018-2021) : Développer et coordonner des EXPERTises plurielles (celles des chercheurs, des techniciens, des usagers et des « non humains ») pour réduire les Inégalités Sociales de Santé dans la recherche interventionnelle à plusieurs temps, âges, genres et milieux sociaux du cancer. Financement : INCa. Collaborations : IFERISS, CreSco Université Toulouse 3 (pilote), Médecins du Monde, Oncopôle.

Programme CASE (2017-2021) : Médiation en santé et santé communautaire combinées à un service de santé de Premier recours pour une plus grande autonomie en santé des personnes. Recherche dans le cadre du « projet autonomie en santé » porté par la Case de Santé (Toulouse). Financement assuré par le Ministère de la santé. Collaborations : IFERISS (pilote), CreSco Université Toulouse 3, La Case de Santé.

Programme S-EIS (2018-2019) : L’Évaluation d’Impact sur la Santé est l’une des dimensions de la recherche interventionnelle en santé des populations. Le programme doit explorer la faisabilité et la transférabilité d’une démarche innovante de dépistage des projets d’aménagement urbain. Financement : INCa. Collaborations : IFERISS, LEASP Inserm-Université Toulouse 3 (pilote), Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de Toulouse (Aua/T).

Programme SOFTPEERS (2018-2020) : Agir par les pairs pour réduire la consommation excessive d’alcool. Programme expérimental. Les lycéens « pairs-éducateurs » s’engagent dans un travail d’équipe, de réflexion, d’imagination et de concertation pour créer des outils d’actions de prévention d’alcoolisation excessive à destination des autres jeunes de l’établissement. Financement : INCa. Collaborations : département EPIDAURE (pilote), plateforme Aapriss, associations de prévention et de promotion de la santé (34).

Programme P2P (depuis 2015) : Agir par les pairs pour la prévention du tabagisme, à destination des lyéces professionnels et polyvalents. Financements : INCa, ARS, MILDECA. Collaborations : Plateforme PRPPC (pilote), Les comités de la Ligue Contre le Cancer de l’Essonne, des Yvelines, des Hauts-de-Seine et de l’Hérault ; L’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie avec les antennes du Languedoc-Roussillon, de l’Essonne, des Yvelines, des Hauts-de-Seine et du Val d’Oise ; Les Comités Départementaux d’Education pour la Santé de l’Hérault et du Gard ; D’autres structures telles que Oppélia 91, Souffle LR, Avenir faisant, CSAPA Arc en Ciel, PEPA

Programme GDVB (depuis 2017) : Le Grand Défi Vivez Bougez. Ce projet possède l’originalité de proposer aux enfants de quantifier leur niveau d’activité physique quotidienne en illustrant chaque quart d’heure d’activité physique réalisé par un « cube énergie ». Basé sur la collaboration entre les enseignants, les parents et les décideurs politiques, le GDVB se met en place durant un mois et demi par le biais des écoles, des communes et des centres de loisirs des territoires concernés. Financement : INCA. Collaborations : département EPIDAURE (pilote), plateforme PRPPC, plateforme Aapriss, les écoles élémentaires, collectivités et réseaux associatifs des départements de l’Hérault, du Gard, de la Lozère et de l’Aude.

Programme PRADO : l’accompagnateur au dépistage pour réduire les inégalités sociales – Essai d’intervention en santé publique. Financements : INCa et Cancéroole Nord-Ouest. Collaborations : plateforme ERISC, EA 3918 CERReV Université de Caen Basse Normandie, URECA EA 1059 Université Lille 3 (pilote), Les structures de gestion du dépistage de l’Orne, de l’Aisne, de l’Oise et de la Somme.

Pour aller plus loin :

l’Expertise « Avis d’experts relatif à la mise en place d’un processus d’analyse de l’efficacité des interventions dans le cadre de la création d’un portail d’interventions probantes en prévention et promotion de la santé ».

Consultez et téléchargez l’expertise réalisé en 2019 par Santé Publique France.